Les Estivales, c’est ce week-end !

Bonjour à tous et à toutes!

Le week-end des 4 et 5 juillet approche !

Découvrez le programme complet des Estivales de la Permaculture

Au menu plus de 30 ateliers (land art, yoga, compost, balades botaniques et apicoles, etc.), 5 conférences (Christophe Gatineau, Davy Cosson, Amirul Aram, Stéphane Tétard, Louise Geoffrion), et de la musique!

Pensez à prendre dans vos graines et plantes celles que vous voulez donner ou échanger, ainsi que vos vieux livres, etc… car il y aura une zone de gratuité !!

Le soleil et sa chaleur seront au rendez-vous, nous avons prévu un espace détente pour vos bambins avec piscine gonflable et jeux d’eau :

munissez-vous de bouteilles d’eau, pistolets à eau, vaporisateurs à remplir (robinet d’eau potable disponible sur le site) !

Et si vous avez la possibilité de ramener une/des bouteilles d’eau congelées pour garder les fruits et légumes au frais lors de l’évènement se serait super !

Si parmi vous quelqu’un a le brevet de secouriste pour les premiers soins et un téléphone portable lors de l’évènement, merci de nous le faire savoir à l’accueil des Estivales, au cas où il y aurait des malaises (mieux vaut prévenir que guérir!)

Nous vous attendons nombreux ce week-end sur la prairie des Murs à pêches de Montreuil !

PermaMontreuil, collectif local de diffusion permacole

http://www.festival-permaculture.fr

Au programme: des ateliers, des conférences, de l’art !

SAMEDI 04 JUILLET

  • toute la journée :

espace enfant (piscine et jeu d’eau)- espace don et grainothèquejardin comestible en bacla ferme du Bouchot – dégustation d’eau vortexée – visite du jardin fruitier de Patrick et Geneviève – bibliothèque – visite du jardin du Sens de L’humus

  • 11h00 :

pranayama – atelier land art nids en clématite –

  • 12h00 :

permayoga – atelier jus de légumes

  • 13h00 :

– repas sur le mode auberge espagnole (chacun ramène de quoi partager avec tous)

  • 14h00 :

– forum de discussion autour de l’alimentationperformances musicales de Marie Lorette Jenny – balade botaniquerécup art – nœud gordien –

  • 15h00 :

CONFERENCE SLOW FOOD de Louise Geoffrion – chant et danse spontanésatelier terracompost et lombricompostvisite des murs à pêchescafé permaculture et transition

  • 16h00 :

–  CONFERENCE SUR LE JARDIN COMESTIBLE EN MILIEU URAIN de Davy Cosson suivi d’une intervention sur le projet permacamp – circle song – atelier empreintes de plantes – jeu de la ficelle + permablitz design –

  • 17h00 :

CONFERENCE SUR LA PERMACULTURE de Christophe Gatineau –

  • 18h00 :

conte pour enfants – préparation disco soup – balade apicole et entomologique

  • 19h00 :

projection du documentaire “L’eau du diable” de Amirul Arham – disco soup –

  • 20h00 :

conférence sur l’eau de Amirul Arham – disco soup –

DIMANCHE 05 JUILLET

  • toute la journée :

espace enfant (piscine et jeu d’eau) – espace don et grainothèquejardin comestible en bac – la ferme du Bouchot et dégustation d’eau vortexée – visite du jardin fruitier de Patrick et Geneviève – bibliothèque – visite du jardin du Sens de L’humus

  • 11h00 :

pranayama atelier pesto d’ortie et makis crudivores

  • 12h00 :

permayogaatelier jus de légumes

  • 13h00 :

– repas sur le mode auberge espagnole (chacun ramène de quoi partager avec tous)

  • 14h00 :

CONFERENCE SUR LES JUS DE LEGUMES de Stéphane Tétard, naturopathe – conte pour enfants – balade apicole et entomologique – atelier compostrécup art

  • 15h00 :

CONFERENCE ARCUEIL EN TRANSITION – atelier de design alimentaire – atelier de Christophe Gatineau visite des murs à pêches – atelier machine à laver à pédales – café permaculture et transition

  • 16h00 :

CONFERENCE SUR LE CRUDIVORISME de Stéphane Tétard, naturopathe – chant et danse spontanés – atelier empreintes de plantesjeu de la ficelle + permablitz design

  • 17h00 :

– projection du documentaire “Tête de mule” de Christophe Gatineau – balade botanique – atelier land art nids en clématite – nœud gordien

  • 18h00 :

forum de discussion autour de la permaculture en Ile de France et du réseau Brin de Paille IDF –
Conférences:

  • Christophe Gatineau (http://www.lejardinvivant.fr/), auteur de 2 ouvrages sur la permaculture
  • Davy Cosson, jardinier-paysagiste, concepteur de jardin écologique spécialisé en permaculture
  • Amirul Arham, réalisateur du documentaire “l’eau du diable”, Discussion sur le problème de l’eau au niveau planétaire
  • Stéphane Tétart, Naturopathe animera 2 conférences sur les jus de légume  et le crudivorisme

 

 

Publié dans Alimentation, Annonce, Comprendre, Economie, Ecouter, Energie, Evènement public, Lire, Regarder, Thèmes | 1 commentaire

Compte rendu de la réunion du groupe initiateur de MeT – 07/11/2013

Participants : Elodie, Peter, Bastien, Florence

– Les mardis de Montreuil en transition

Les mardis de la transition ont commencé début octobre. Un rendez-vous  et un thème abordé par semaine sur le pic pétrolier, la permaculture, la monnaie locale et une intro à la transition. Retours positifs sur ces soirées. Entre 5 et 30 personnes chaque semaine. Les échanges y sont riches. Souhait de poursuivre ces formules qui permettent de sensibiliser sur les sujets en lien avec la transition et de susciter éventuellement de nouvelles participations.  Les prochains mardis ont été détaillés en ce qui concerne les thèmes abordés et les animateurs (Peter, Bastien, Elodie et Florence). Nous demanderons confirmation à Casa Poblano, de la possibilité de disposer de la salle cinéma qui reste le lieu le plus adapté ( notamment pour projeter un film). Bastien s’occupe de prendre contact avec la CASA pour convenir des détails pratiques.

– Point sur les groupes thématiques

Groupe gratuité ( Peter):
Le groupe n’existe plus faute de membres actifs. Mais le sujet de la gratuité continue à être traité sous forme d’articles sur le site par Peter. Des publications d’articles par d’autres biais ( un journal ) sont prévues.
C’est une forme de prolongement qui permet de donner une existence à ce thème important. A suivre
Groupe déchets ( + alimentation) ( Elodie)
Le groupe est réduit mais non dénué de projets. La priorité est mise sur la prise de connaissance des acteurs et de la réalité de la problématique « déchets » à Montreuil. Le groupe est en lien régulier avec les Récupérables.
Une piste d’action a été émise : redonner vie aux bacs des incroyables comestibles qui sont  » désertés ». Les filles du facteur ( Delphine KOHLER) , qui fabrique des objets à base de sacs plastiques recyclés, propose de confectionner des fleurs en plastique pour embellir les bacs.
Pour mettre en oeuvre ce projet, il est nécessaire que quelqu’un assure sa coordination  et récupère auprès d’Annick la liste et les contacts des parrains des bacs.
Groupe forum ouvert
Le groupe réunit environ 8 personnes et se rencontre régulièrement.
Le thème a été arrêté :  » amplifier la transformation de notre territoire ».
Les dates sont encore en discussion ( janvier ou février ou mars). Le lieu sera Comme Vous Emoi. L’invitation est en cours de finalisation avec l’aide d’une illustratrice bénévole. La liste d’invités est en partie établie ( à peaufiner et élargir ensuite en fonction du nombre de retours).
Groupe monnaie locale
Le groupe est très actif. La création de la monnaie et sa mise en circulation sont programmées pour la fin de l’année . L’association « la pêche, monnaie locale » a été crée. Le projet a obtenu des subventions de la mairie et de la Région. Une vingtaine de commerçants sont déjà partie prenante.

– La dynamique globale de MeT

Points d’alerte :
Le groupe initiateur ne se renouvelle pas et diminue en nombre.
Les projets concrets sont peu nombreux, les groupes ont tendance à s’essoufler.
Points forts :
la dynamique autour du forum ouvert et surtout celle qui en émergera ;
le projet de monnaie locale qui va se concrétiser ( lancement en fin d’année, subventions obtenues, dynamique forte)
les mardis de la transition qui permettent de sensibiliser et relier très régulièrement
Débat  : autour des liens entre les groupes et initiatives nées de MeT et MeT  » canal historique » … : exemple : le groupe Monnaie locale devenue une association autonome  » La pêche, monnaie locale ». Favorise t-ton l’autonomie complète des initiatives ou souhaite-t-on faire vivre un lien substantiel  avec MeT ? Débat ouvert et à poursuivre …

Date de la prochaine rencontre des membres du groupe initiateur : le lundi 16 décembre à 19H – lieu à déterminer . Ouvert à toute personne souhaitant s’impliquer à sa façon dans la dynamique de Montreuil en transition ( contact@montreuilentransition.fr)

 

Publié dans Comprendre, Compte-rendu, Groupe initiateur, Lire, Réunion privée, Thèmes | Laisser un commentaire

Faillite de réseaux de «troc» en Argentine : quels enseignements en tirer pour la transition ici et maintenant ?

le Diable se loge dans les détails

Malgré son ancienneté (2005), la passionnante étude Essor et faillite des réseaux de «troc[1]» en Argentine : l’échec d’une refondation sociale[2] du chercheur[3] Bruno MALLARD, analysait les causes multiples et parfois sous-estimées ou omises de l’impuissance à proposer une réelle alternative au capitalisme, pourtant localement affaibli par la grande crise des années 2000.

Le chercheur, après avoir étudié la dynamique d’un mouvement social sans précédent (touchant probablement un cinquième de la population), démontre que  la faillite des célèbres clubs de troc, essentiellement imputable à la circulation de faux-billets mais aussi à un redressement économique, est essentiellement due à des causes structurelles déterminantes, lesquelles permettent de comprendre qu’en quelques mois, 90% des adhérents se soient retirés de ces clubs. Ces «causes profondes de l’échec» «à faire advenir l’alternative socio-économique promise» lui semblent liées, à la contradiction dans les faits entre un discours fortement éthique basé sur un idéal  prosommateur (ici dans le sens producteur-consommateur), et un fonctionnement économique reposant finalement sur les bases capitalistes de la société de consommation.

On y retrouve en effet :

–          la naturalisation du marché, les fondateurs souhaitant « réinventer » celui-ci, considéré comme naturel, la preuve par la vision d’un troc originel, correspondant plus à un  mythe de la société marchande qu’à une réalité anthropologique, poussant finalement les militants au conformisme économiciste.

–          l’idéalisation du rapport économique, qui, pour éviter la critique du capitalisme, diabolise ses formes les plus agressives, qui pervertissent «le jeu du marché libre», caractéristique fondamentale du troc selon deux de ses fondateurs.

–          une mise en œuvre dominée par l’utilitarisme, les pratiques solidaires, éthiques, voire autogérés étant trop faibles pour constituer un garde-fou.

Il en découle notamment une logique concurrentielle d’amélioration personnelle en totale contradiction avec les valeurs sociales défendues,  la préférence individualiste -souligne l’auteur -étant celle du rapport marchand classique. De ce fait, la coopération est dénaturée par le calcul utilitariste, focalisant exclusivement sur l’économie matérielle. Il en découle également la récupération par le système formel comme le démontre la collaboration entre les organismes de régulation économique et les organisateurs du principal réseau de trocs, visant par exemple à «améliorer la qualité et la productivité» des micro-entreprises du réseau.
Ce mimétisme capitaliste fut accentué, selon l’auteur par la surestimation de la dynamique sociale et solidaire, représentée par une minorité de participants, phénomène d’autant accentué par la massification du dispositif, avec des foires de troc géantes de dizaines de milliers de personnes.

Les falsifications, spéculations et fraudes diverses apparaissent donc plutôt comme les conséquences  des causes structurelles précédentes, lesquelles ont généré un résultat inverse comme par exemple l’aggravation de la situation sociale des plus pauvres, au profit de catégories solvables, du fait de la mise en concurrence des petites entreprises du secteur informel avec celles du secteur classique.

Non seulement ce dispositif n’a pas constitué l’outil économique d’un réel changement de société, mais, pire, il a contribué à intégrer idéologiquement une partie de l’économie informelle dans le système classique, même si, concrètement, il a officialisé «une économie de seconde catégorie», moins performante selon les critères du marché, et donc parfait faire-valoir de celui-ci.

Pour l’auteur «La leçon semble claire : l’institution, même réaménagée, de la logique économique et de la culture utilitaire du marché pousse moins vers de nouveaux horizons qu’à la reproduction tendancielle de l’ordre établi».  En conclusion, Bruno MAILLARD nous invite à réfléchir sur les conditions d’apparition d’une alternative socio-économique.

Conclusion que nous devons utilement exploiter pour nous-même, car elle pose la question fondamentale, qui est  la cohérence entre les buts et les moyens : un objectif de transformation sociale ne peut utiliser les outils issus de la société qu’il prétend remplacer. Nous sommes donc condamnés à inventer simultanément la société de demain et les moyens d’y parvenir.

Nous devons donc, dans un premier temps, bien réfléchir à l’objectif lié à la création d’une alternative économique ou sociale. Dans la palette de systèmes d’échanges non marchands (si tel est l’objectif), nous trouvons aussi bien le don, le troc pur, les monnaies complémentaires ou alternatives, fondantes ou non, virtuelles ou non, locales ou non, ou des systèmes mixtes. Nous voyons bien, avec l’exemple argentin, que « l’intendance ne suit pas », et que la proposition est  d’autant récupérée par le système que son positionnement politique (au sens sociétal) est flou : s’agit-il, de surmonter la crise pour bénéficier à nouveau des retombées du capitalisme ? Ou, à l’inverse, de sortir du capitalisme, de la Bourse et de la spéculation ? La gestion capitaliste d’une expérience dite alternative sera toujours nettement moins efficace du point de vue capitaliste. C’est d’ailleurs ce qui permet aux défenseurs de l’économie de marché de conclure trop rapidement à son caractère indépassable, donc naturel et quasi divin !

A Montreuil en Transition, nous sommes déjà confrontés à ces choix : quels outils, et en fonction de quels objectifs, nous donnons-nous ? Il ne s’agit pas seulement d’outils de gestion (démocratie interne) mais aussi d’outils d’organisation pratique, jusqu’à la forme concrète que peut prendre un projet. Le principe de réalité est souvent invoqué pour camoufler un choix idéologique. Faire l’économie des moyens alternatifs détournera d’autant le projet que, comme dit le proverbe le Diable se loge dans les détails.

Peter BENOIT



[1] …mais utilisant une monnaie locale, le credito

[3] GRESAL-MSH-Alpes (Social Siences Research Group on Latin America), France

Publié dans Comprendre, Economie, Gratuité, Internet, Lire, Media, Monnaie locale, Présentation/introduction, Thèmes, Type d'article | Tagué , , | Laisser un commentaire