Relier les acteurs

1 – Pourquoi c’est (très) important

En résumé : parce que la Transition ne pourra réussir qu’avec l’aide et l’intelligence de tous les acteurs. Sans eux, sans leur soutien, le changement n’ira pas bien loin.

C’est pour cette raison que cette étape arrive très vite, c’est déjà la 3e « Jeter les fondations« , juste après « Créer un groupe initiateur » et « Sensibiliser la population« .

Si on lit le Guide des Initiatives de Transition :

Il est temps de se mettre en réseau avec les groupes et activistes
existants. […] Insistez sur le fait qu’ils ont un rôle vital à jouer.

Donnez leur un état des lieux concis et accessible du pic pétrolier, ce qu’il signifie, comment il est relié au changement climatique, comment il va affecter votre communauté, ainsi que les défis clés qu’il présente. Exposez vos idées sur la façon dont une Initiative de Transition permettrait d’agir comme un catalyseur, pour faire que la communauté explore des solutions et amorce une réflexion sur les principales stratégies d’atténuation.

A Montreuil, nous avons la chance unique d’avoir un territoire extraordinairement riche de ses initiatives, et ce dans tous les domaines : culture, social, écologie, solidarité etc.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de « Montreuil en Transition » un exemple magnifique et concret de transition réussie.

 

2 – Comment faire pour participer ?

Cette étape correspond en fait à 2 activités assez différentes : 2.1 – Identifier et 2.2 – Contacter.

2.1 – Identifier, recenser

2.1.1 – Introduction

Chercheur/se d'info

Cette première activité consiste à identifier, à recenser, à lister les acteurs présents sur notre territoire.

Etre acteur : ok, mais ça veut dire quoi ?2.1.2 – Mais de quels acteurs parlent-on ?

Pour des raisons d’efficacité, la stratégie évidente est de commencer par les acteurs les plus proches des valeurs de la Transition : AMAPjardins partagésSELacteurs de l’ESS, associations écolos, collectifs citoyens, promoteurs des transports doux, des énergies renouvelables…

Mais à terme, il faudra aller plus loin : contacter les autres associations (culture, solidarité, social…), les commerçants, les syndicats, les partis politiques, les entreprises, les conseils de quartiers, les différents services administratifs…

Enfin, une des forces de la Transition est de se focaliser sur le local, un territoire à taille humaine. Donc il s’agit d’identifier les acteurs capables d’agir sur notre territoire : par exemple, les antennes ou représentants locaux d’une associations nationale, plutôt que le siège éloigné.

2.1.3 – Avantages de cette activité

Cette activité comporte plusieurs avantages :

  • elle peut se faire à n’importe quel moment : à 3h du matin, un dimanche soir… c’est quand vous voulez, où vous voulez !
  • c’est très simple de démarrer, et ne nécessite pas d’engagement sur le long terme : il suffit d’ouvrir le document et de l’améliorer. C’est fini !
  • si vous êtes timide, cette activité ne présente pas de difficulté particulière
  • si vous n’êtes pas encore sûrE de bien pouvoir expliquer la transition, cette activité ne présente pas de difficulté particulière

Réfléchir, la clés du succès2.1.4 – Vous souhaitez participer

Voici ce que vous pouvez faire pour participer à cette activité essentielle :

  • Réfléchissez ! Quelle entreprise, quelle association, quel collectif, quelle personne pourrait être intéressée par la Transition et devrait être contactée ?
  • Ouvrez le document (si problème technique => nous contacter en cliquant ici)
  • Complétez les infos : faites des petites recherches sur internet, tapez sur votre moteur de recherche la dénomination, cherchez le site, trouver les infos de contacts…
  • Quelques trucs et astuces :
    • si vous ne trouvez pas les informations de contact (email, téléphone…), mais un formulaire de contact : utilisez-le ! Envoyez un message, demandant les coordonnées pour pouvoir les recontacter. On peut aussi commencer à établir le lien (cf. « 2.2 Contacter, se présenter, proposer »)
    • les pages blanches/jaunes sont encore très souvent utilisées et référencent beaucoup de monde : une mine d’or de téléphone et d’adresses !
    • la plupart des propriétaires de sites internet peuvent être identifiés via un « Who.Is » (mais ne marche pas pour les sous-domaines, type XXXX.blogspot.fr)
Vous avez des idées, des suggestions pour aller plus vite (par exemple en utilisant des listes existantes), des conseils ? Ajoutez un commentaire ci-dessous pour enrichir la discussion !

 

 

Téléphone pour relier les acteurs, c'est logique !2.2 Contacter, proposer

Cette 2e activité consiste à contacter les acteurs, un par un. L’enjeu est triple :

  1. mieux connaître qui il est, ce qu’il fait, pourquoi il le fait
  2. présenter la transition
  3. proposer des actions communes

Mais avant de décrire ces 3 points, un peu de logistique !

2.2.1 – Quels moyens utiliser : téléphone, email, rencontre ?

Si vous connaissez déjà la personne à contacter, faites comme bon vous semble et passez directement au chapitre 2.2.2.

Email ou téléphone, c'est comme boire ou conduire : il faut choisir !De manière très générale, le 1er contact peut se faire par email, souvent le plus efficace pour une approche ‘à froid’ (= sans connaître la personne précédemment).

L’email est moins intrusif qu’un appel, et donne la liberté au correspondant de choisir quand s’y intéresser (= le lire, le comprendre, se documenter…).

Un email permet enfin une présentation très favorable de votre demande, qui peut (doit ?) être réfléchie et bien formulée, ce que ne permet pas toujours une discussion ‘en direct’.

Vous pouvez, si vous le souhaitez, vous inspirer de l’email d’exemple proposé ici.

Cependant, et une fois un 1er contact établi (email envoyé + réponse reçue, ou bien email envoyé + ~1 semaine sans réponse), le 2e contact peut bien souvent être plus efficace et agréable s’il a lieu par téléphone ou en se rencontrant directement. Cela autorise une discussion fluide et spontanée, bien meilleure que par email interposés.

 

2.2.2 – 1) Connaître l’autre : qui est-il, que fait-il, et pourquoi ?

Pour démarrer la discussion, le plus facile (en particulier pour vous) est de poser des questions et de montrer votre intérêt pour votre interlocuteur. Cela aide à « briser la glace » et à avoir une conversation qui part sur de bonnes bases.

Pour cela, rien de plus facile, il se suffit de s’intéresser réellement et candidement (mais sans être intrusif) à :

  • l’organisation que représente votre interlocuteur : quelles sont ses valeurs, ses actions, ses difficultés, ses succès ?
  • votre interlocuteur, en tant que personne : qui est-elle, quelles sont les motivations de son engagement, quelles sont ses difficultés, ses joies ? 

2.2.3 – 2) Présenter la Transition

Une fois que votre interlocuteur aura présenté son organisation et lui-même, il ou elle sera probablement curieux(se) d’en savoir plus sur la Transition, ainsi que sur vous.

Sur le 1er point, nous pouvons partager quelques conseils.

Comme dit l’adage : « Vous n’aurez jamais une deuxième chance de faire une première bonne impression« . Donc autant réussir du 1er coup, et ne pas ramer ensuite pour se rattraper…

Pour cela, il est essentiel d’avoir une bonne connaissance des concepts fondateurs de la Transition : pic pétrolier, changement climatique, permaculture, résilience (entre autres). Par exemple, il serait regrettable de « sécher » et de ne pas réussir à expliquer, clairement et simplement, l’importance cruciale du pic pétrolier, et en quoi cet évènement va profondément changer nos vies et nous affecter tous.

Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à vous documenter sur notre page dédiée à la compréhension de la transition, qui devrait vous donner tous les outils (on l’espère !), toutes les sources, pour rapidement comprendre ce qu’est la Transition.

Une habitude courante, mais contre-productive, est de souvent vouloir « trop en dire ». Cela a pour effet de noyer votre interlocuteur sous un flot d’information, au risque de ne plus arriver à distinguer l’essentiel du superflu… Il est préférable d’essayer d’avoir un discours structuré, une parole concise. Elle n’en a que plus d’impact.

Les principaux points à mentionner sont probablement :

  1. le constat du pic pétrolier et du climat => on doit changer de mode de vie, et le changement ne viendra pas « d’en haut ».
  2. l’approche positive => ces défis majeurs sont aussi l’opportunité de changer enfin la société vers le bien commun (plus solidaire, plus juste, moins matérialiste…)
  3. la gestion inclusive : travailler avec tous les acteurs, toucher l’ensemble de la population (ne pas rester cantonné à l’éternel cercle des convertis)
Votre interlocuteur représentant un acteur, est de fait un partenaire potentiel. Il faut donc probablement développer plutôt cette partie là : en quoi ce que propose la Transition est-il différent de ce que font déjà les autres associations (écolo, politiques, solidaires…) ?

Si vous ne savez pas répondre à cette question, il peut être utile d’aller faire un petit tour par le forum ouvert des acteurs ou la formation à la Transition.

Enfin, un dernier conseil : il est toujours utile de « tester » son discours, de s’échauffer. Pour cela, la famille ou les amis sont des testeurs idéaux : ils vous connaissent bien et n’hésitent pas à être honnêtes. Essayez donc de les convaincre que la Transition est un mouvement génial, en moins de 5 minute, et vous verrez !

 

2.2.4 – 3) Proposer des actions communes

Pendant les prochains mois, « Montreuil en Transition » organisera plusieurs activités et évènements, en partenariat avec lesdits acteurs (on l’espère !), qui seront autant d’occasion de mieux se connaître et de coopérer ensemble.

La participation des acteurs locaux à ces activités et évènements est absolument primordiale, il est donc utile d’en parler rapidement (afin de réserver les dates, et de s’assurer de leur participation).

Ces activités et évènements sont :

  • Le festival « Tous Acteurs ! », en avril : un festival de documentaire, de débat et d’ateliers concrets, pendant tout le mois d’avril dans une 10aine de salle emblématiques de Montreuil. Il y a même un festival ‘off’, décentralisé et autogéré !
  • La fête de la Transition, en juin : une fête ouverte, grand public, pour faire découvrir les utopies concrètes de la transition aux Montreuillois.
  • Le forum-ouvert des acteurs « Coopérer pour Changer », en septembre : un forum pour rassembler les acteurs et définir ensemble comment renforcer nos coopérations.

Si vous avez des idées, des suggestions, des envies, n’hésitez pas à enrichir la page en laissant un commentaire ci-dessous.

2 Responses to Relier les acteurs

  1. Pingback : La Transition en mangeant | Montreuil en Transition

  2. Pingback : Compte-rendu de la réunion du 14 janvier 2013 | Montreuil en Transition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Connect with Facebook


*